Cinq conseils de respiration pour se protéger contre le coronavirus

Le coronavirus est rapidement devenu une partie intégrante de la vie quotidienne de la population. La peur du virus est probablement pire que le virus lui-même, mais, en même temps, nous ne devons pas ignorer ceux qui ont peur. Ce qui est particulièrement effrayant, c’est qu’il s’agit d’un nouveau virus contre lequel nous manquons d’immunité. Puisqu’il n’y a pas de médicaments ou de vaccins, de nombreuses personnes se demandent comment se protéger et comment renforcer leur santé pour pouvoir le combattre en cas d’infection.

Le but de cet article est de donner des conseils concrets et efficaces à toute personne qui s’inquiète pour elle-même ou les autres. Se laver les mains, éviter de voyager et rester à la maison si vous avez été dans des zones à risque sont des conseils importants pour éviter d’être infecté et de réduire le risque de propagation du virus.

Mais comme le virus est en suspension dans l’air (réf 1) et s’installe dans les voies respiratoires, la façon dont nous respirons est également importante à souligner. En une seule journée, nous respirons jusqu’à 10 à 20 000 litres d’air. C’est énorme, et comme un litre pèse 0,1 gramme, il représente 10 à 20 kilos d’air, soit environ 10 fois plus que la quantité de nourriture que nous mangeons. L’air contient de nombreuses bactéries, virus et autres particules. En une seule journée, nous en inhalons jusqu’à 100 milliards selon les recherches de l’Institut Karolinska en Suède.

Les masques faciaux peuvent apporter un faux sentiment de sécurité

L’utilisation d’un masque facial est une mesure qui devient de plus en plus populaire. En Chine, par exemple, tous les résidents reçoivent désormais des masques gratuits. Cependant, de nombreux médecins recommandent de NE PAS utiliser de masque, car il ne fournit tout simplement pas une protection efficace contre les petites particules en suspension dans l’air telles que les virus. Comme cela n’est pas confortable, il y a également un risque accru de toucher votre visage avec vos mains pour remettre le masque. Une autre considération importante est que les masques les plus courants ne durent que 3 à 4 heures avantde devoir être remplacés.

Pire encore, de nombreuses personnes qui utilisent un masque, en particulier des enfants, ouvrent la bouche pour respirer lors de leur utilisation (voir la vidéo ci-dessous où des parents chinois ont filmé leurs enfants). La sensation de manque d’air que le masque impose, fait probablement ressentir aux enfants qu’il est trop difficile de respirer par le nez et, à de ce fait, ils ouvrent la bouche. Comme vous pouvez le lire plus loin dans l’article, la respiration nasale est l’un des conseils de respiration les plus importants, donc l’utilisation d’un masque respiratoire peut, , être contre-productive en conduisant à un faux sentiment de sécurité, et au pire, augmenter le risque d’être infecté.

Les cinq meilleurs conseils de respiration

Pour créer un environnement interne fort, il faut bien plus que des muscles et de la volonté. Il a été constaté que l’amélioration de nos habitudes respiratoires est très efficace pour renforcer notre environnement intérieur car elle affecte à la fois les pensées, les émotions et notre corps physique et crée le calme intérieur requis pour que le système immunitaire fonctionne de manière optimale. Vous trouverez ci-dessous les cinq conseils de respiration les plus importants pour savoir ce que vous pouvez faire pour vous protéger et vous fortifier:

  1. Respirez par le nez,
  2. Fredonnez,
  3. Faites de l’exercice avec l’entraineur respiratoire Relaxator,
  4. Respirez à travers vos peurs,
  5. Faites des exercices qui créent des voies respiratoires ouvertes et qui fonctionnent bien.

1. Respirez par le nez

Nous avons quatre organes importants qui sont exposés à des menaces externes : la peau, l’estomac, le nez et les poumons. Notre peau et notre estomac ont un pH acide, la peau environ 5,5 et l’estomac environ 1,5-3, ce qui donne une protection efficace. Les poumons, en revanche, ont un pH alcalin d’environ 7,6, ce qui est indispensable pour permettre le transfert de l’oxygène que nous respirons vers le sang. Ce pH élevé empêche les poumons d’être protégés des particules externes comme le sont la peau et l’estomac. Pour cette raison, la fonction du nez est cruciale pour protéger les poumons.

L’air que nous respirons est plein de bactéries, virus, produits chimiques et autres particules. Environ 75% de toutes les particules et virus présents dans l’air sont filtrés lorsqu’ils traversent les muqueuses et les cils de notre nez. Si nous respirons par la bouche, l’air entre infiltré dans nos poumons.Plus les particules de l’air inhalé arrivent bas dans la trachée et les poumons, plus le risque de développer une inflammation et des infections augmente. En d’autres termes, nous sautons la première ligne de défense contre les intrus.

Compte tenu de l’énorme zone d’absorption des poumons de 50 à 100 mètres carrés, de la taille d’un court de tennis, il est extrêmement important qu’ils soient exempts de virus et de bactéries.

Donc, si nous prenons des mesures de protection contre le coronavirus, il ne suffit pas de se laver les mains si, en même temps, nous ouvrons la bouche et respirons 10 000 à 20 000 litres d’air non filtré chaque jour. C’est un peu comme filtrer les moustiques et avaler des chameaux ! Vous pouvez dire qu’il est aussi naturel de respirer par la bouche que de manger par le nez.

Trois raisons importantes pour lesquelles vous devez respirer par le nez :

1. UN NEZ FROID AUGMENTERA LE RISQUE D’INFECTIONS À VIRUS

Notre nez peut être comparé à un échangeur de chaleur très efficace qui réchauffe et humidifie l’air. Lors de l’inhalation, notre nez se refroidit et devient sec car il humidifie et chauffe l’air inhalé. Cette air est généralement plus froid que la température de notre corps. Lorsque nous expirons, la température dans notre nez augmente et la zone est à nouveau hydratée par l’air 100%humide et à 37 degrés renvoyé par les poumons. Si par contre,nous inspirons par le nez et expirons par la bouche, le nez ne profitera pas de cette chaleur humide lors de l’expiration. Et si nous inspirons et expirons par la bouche, notre nez sera constamment froid et sec.

La recherche montre que le rhinovirus, qui est connu pour provoquer des rhumes et des infections dans les voies respiratoires supérieures, se multipliera lorsque le nez se refroidira. Plus il fait froid dans le nez, plus le système immunitaire est reduit, ce qui crée un environnement favorable à la reproduction du rhinovirus (réf 2). Maintenant, nous ne savons pas exactement comment se comporte le coronavirus, mais il n’est pas inconcevable qu’un nez froid offre un environnement propice à la propagation de ce virus.

2. L’OXYDE NITRIQUE EST ANTIBACTÉRIEN ET ANTIVIRAL

L’oxyde nitrique, ou NO, est une substance très importante produite en grande quantité dans les sinus nasaux. C’est une découverte de Eddie Weitzberg, Jon Lundberg de l’Institut Karolinska en Suède, au milieu des années 90 (réf 3). Lorsque nous inspirons par le nez, le NO accompagne l’air inhalé afin de dilater les bronches pour permettre à l’air de passer facilement.

Une autre fonction importante du NO est constituée par ses propriétés antimicrobiennes qui tuent les virus et les bactéries qui se sont échappés des cils à l’intérieur de notre nez et de notre gorge. Les coronavirus appartiennent à la même lignée virale que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Dans un article de 2005, les chercheurs ont conclu que l’oxyde nitrique inhibe la réplication du virus du SRAS (réf 4).

De plus, le NO provoque également la dilatation des vaisseaux sanguins à l’intérieur de nos poumons, ce qui permet de transférer plus facilement l’oxygène dans notre sang. Lorsque nous inspirons par la bouche, l’air n’est pas épicé avec cette substance importante.

3. LE DIOXYDE DE CARBONE EST ANTIBACTÉRIEN

Lorsque nous respirons par le nez, la pression de dioxyde de carbone dans notre corps augmente, car la respiration nasale ralentit le rythme respiratoire, et donc plus de CO2 est retenu dans notre corps. Le CO2 est utilisé dans les emballages alimentaires depuis les années 1930, en raison de son effet antibactérien, qui empêche la croissance des bactéries pathogènes. Le pain, le fromage, le poulet et le café font partie des produits qui contiennent 100% de dioxyde de carbone ajouté à l’intérieur de l’emballage.

Une étude de l’Institut Karolinska a montré que la croissance des staphylocoques était 1000 fois plus élevée lorsque les bactéries étaient exposées à de l’air normal pendant 24 heures, par rapport à une exposition à de l’air saturé à 100% de CO2 (réf 5).

Dans un article paru dans Nature en 2019, un groupe de chercheurs australien a démontré comment l’eau exposée au dioxyde de carbone est un moyen efficace de désactiver les virus et les bactéries (réf 6).

Un groupe de chercheurs suédois dirigé par le professeur Jan van der Linden a montré dans plusieurs publications comment l’exposition du CO2 sur la partie opérée réduit le risque d’infection de la plaie (réf 7).

CONNEXION ENTRE LA RESPIRATION PAR LA BOUCHE ET LA PNEUMONIE

Les infections des voies respiratoires et la pneumonie sont des caractéristiques importantes des personnes infectées par le coronavirus. La pneumonie est généralement bactérienne ou virale. Même s’il s’agit de spéculations, car des recherches supplémentaires sont nécessaires, il n’est pas impensable que les propriétés antibactériennes et antivirales du NO et du dioxyde de carbone aient contribué au fait que les trois femmes ci-dessous, grâce à l’amélioration de leur respiration, ne subissent plus de pneumonie ou infections des voies respiratoires.

DÉBLOQUEZ UN NEZ BOUCHÉ

Mais je ne peux pas respirer par le nez”, direz-vous. “Il est souvent bouché ou les voies nasales sont étroites .” L’un des effets de la respiration buccale est qu’un nez non utilisé finira par cesser de fonctionner correctement, tout comme l’expression “si vous ne l’utilisez pas, vous le perdez.

Une diminution de l’écoullement d’air par le nez entraîne une baisse de la pression atmosphérique, ce qui, avec le temps, fera régresser et diminuer de taille les voies nasales , ceci a été confirmé par une étude sur des patients ayant subi une laryngectomie et respirant par la gorge (réf 8). Un nez bouché ou étroit est souvent un signe que la respiration n’est pas optimale. Dans le nez, sous les cornets nasaux, se trouve la muqueuse érectile . À mesure que votre respiration s’améliore, la taille du tissu érectile diminue et l’intérieur du nez devient moins encombré.

Le rétrécissement des voies respiratoires, des voies nasales et un nez bouché sont des adaptations logiques car c’est le mécanisme de défense de notre corps pour maintenir une pression optimale de dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est produit dans le corps et pratiquement tout ce CO2 quitte le corps par expiration. En cas de carence, l’organisme essaie de réduire l’écoulement en rétrécissant les voies respiratoires.

Au fur et à mesure que vous commencez à améliorer votre respiration, en respirant par le nez et en accumulent plus de dioxyde de carbone dans votre corps, votre nez deviendra automatiquement moins encombré car le mécanisme de défense n’est plus nécessaire. En savoir plus dans l’article – Comment débloquer un nez bouché >>

METTEZ DU SCOTCH SUR VOTRE BOUCHE LA NUIT

Pour vousassurer que vous ne respirez que par le nez pendant le sommeil, vous pouvez scotcher votre bouche avec du Sleep Tape. Cela peut sembler étrange, mais je recommande à tout le monde de l’essayer. Une bonne nuit de sommeil est vitale pour notre santé. Pendant le sommeil, notre corps guérit, répare et se régénère. La façon dont nous respirons lorsque nous dormons est d’une grande importance, surtout compte tenu du grand nombre d’heures que nous dormons chaque nuit.

Le feedback que je reçois fréquemment est que les gens se réveillent plus alertes le matin, dorment plus calmement, ne se réveillent pas pendant la nuit et ont besoin de moins de sommeil. Voici ce qu’une femme m’a dit: – Mon nez était bouché presque tous les matins, et j’ai adoré le scotch dès le premier jour. Dès le premier matin, mon nez était plus libre et j’avais très bien dormi. Plus jamais je dormirai sans le scotch !

Si vous dormez la bouche ouverte, votre respiration dépassera automatiquement les besoins de votre corps. Cette forme d’hyperventilation sournoise provoque non seulement une carence en oxygène, mais augmente également le risque de pénétration de particules indésirables dans les poumons. Scotchez votre bouche la nuit est un moyen remarquablement simple et peu coûteux de s’assurer qu’elle reste fermée et que la respiration se produit que par le nez. Ainsi, la respiration travaillera pour vous plutôt que contre vous.

Cela peut vous sembler barbare ou vous faire sentir mal à l’aise à l’idée d’appliquer du ruban adhésif sur votre bouche C’est une réaction courante parmi les participants à mes cours. L’inconfort n’est généralement qu’un blocage mental, et après l’avoir essayé pendant quelques minutes, la plupart des personnes le trouvent complètement inoffensif. Si vous ressentez une gêne, je vous suggère de commencer à appliquer le ruban pendant la journée, par exemple 15 minutes avant le coucher pendant quelques soirées, afin de devenir plus à l’aise avec la sensation. En savoir plus dans l’article – Expérience pratique de scotcher votre bouche la nuit >>

Vous n’avez pas de bande de sommeil? Pas de problème, beaucoup utilisent du ruban chirurgical que vous pouvez vous procurer dans votre pharmacie locale. Même du ruban adhésif et du pansement pour congélateur fonctionneront selon certains.

2. Fredonnez pour augmenter la circulation d’air et la production de NO

Une respiration altérée entraîne une mauvaise circulation d’air et une pression faible dans le nez et les sinus. Cela crée un environnement bénéfique pour la croissance bactérienne et l’inflammation. Des études effectuées à l’Institut Karolinska en Suède montrent qu’un fredonnement entraîne une augmentation spectaculaire du débit d’air dans les sinus. De plus, les niveaux d’oxyde nitrique (NO) augmentent de 15 à 20 fois en fredonnant par rapport à une expiration silencieuse. Le NO est connu pour être largement antifongique, antiviral et antibactérien.

En savoir plus dans l’article – Le fredonnement – peut éliminer la sinusite >>

Voici un simple exercice de fredonnement.

  1. Fermez la bouche et laissant la langue reposer au palais superieur , sa place naturelle, derrière les dents de devant.
  2. À l’expiration, dites «Hmmm…» En d’autres termes, rapprochez vos cordes vocales et faites sortir l’air par le nez pour qu’un ronflement se produise.
  3. Vous pouvez legèrement sentir les vibrations dans votre mâchoire. Elles augmentent la circulation de l’air et la production de NO dans le nez et les sinus.
  4. Si vous avez le nez ou les sinus chroniquement bouché, fredonnez pendant 20 à 40 respirations (environ 5 à 10 minutes) 2 à 4 fois par jour pendant quelques jours ou jusqu’à ce que les problèmes soient résolus.

Pour en augmenter l’effet, vous pouvez, en fredonnant, masser la zone autour de votre nez, vos tempes et au-dessus de vos yeux (car nous avons également des sinus à ces endroits). Si vous avez mal à la gorge, vous pouvez masser votre gorge et la racine de votre langue. Le massage stimule la circulation sanguine dans ces zones. Le massage de la gorge stimule également le nerf vague qui est en lien direct avec notre système de repos et de digestion (la partie parasympathique du système nerveux autonome).

L’exercice peut également être fait à titre préventif, par exemple lorsque vous êtes sur le point de contracter un rhume ou tout simplement quand l’envie vous en prend.

Join 30,000 others

and receive two free chapters of the book Conscious Breathing

3. Améliorez votre respiration avec le Relaxator l’entraineur respiratoire

Le Relaxator offre une résistance réglable sur votre respiration afin que votre expiration soit prolongée. Cela donne les bases d’une respiration rythmée, lente, basse et petite. Lorsque vous respirez d’une manière qui n’est pas optimale, votre corps souffre d’un manque d’oxygène. Votre cerveau, votre cœur, vos muscles et vos yeux sont tous d’importants consommateurs d’oxygène, et une mauvaise oxygénation a le plus grand impact négatif sur ces organes et fonctions. Avec le Relaxator, l’air se retrouve, dans une plus grande mesure en bas des poumons, ce qui resulte dans une absorption d’oxygène plus efficace.

Voici ce qu’une personne m’a dit: “J’ai un rhume et j’ai le nez bouché et je n’ai pas pu bien dormir les dernières nuits à cause de cela. Cette nuit, quand je me suis réveillé pour la cinquième fois, j’ai décidé d’essayer d’utiliser le Relaxator. Comme je ne pouvais pas respirer par mon nez bouché, je devais inspirer par la bouche et expirer par le relaxateur. Au bout d’un moment, mon nez s’est dégagé et j’ai pu soudain respirer à travers. J’ai continué un moment avec le Relaxator, mais assez vite je me suis endormi et j’ai dormi toute la nuit !”

Vous n’avez pas de relaxateur? Pas de problème, vous pouvez expirer avec une paille, les lèvres pincées ou resserrer les muscles de votre gorge et respirer l’air, ce que l’on appelle la respiration ujjayi.

Cinq avantages importants de l’utilisation du Relaxator:

1. RENFORCE LES MUSCLES RESPIRATOIRES

Nos muscles respiratoires se composent du diaphragme, comme vous pouvez le voir sur la photo, ainsi que des muscles de l’abdomen, de la poitrine, du cou et des épaules.

Au repos, 70 à 80% de l’activité musculaire à l’inhalation devrait être effectué avec votre diaphragme, ce qui en fait de loin notre muscle respiratoire le plus important. En fait, le cœur et le diaphragme sont les deux seuls muscles de notre corps qui ne se reposent jamais. Ils sont constamment actifs, le cœur avec le pompage du sang et le diaphragme avec le déplacement de l’air dans et hors de nos poumons.

Lorsque nous utilisons le relaxateur, la résistance à l’expiration exerce le diaphragme et les autres muscles respiratoires. Quand ils fonctionnent mieux, l’échange de gaz devient plus efficace.

L’échange de gaz, le processus par lequel le corps absorbe l’oxygène et se débarrasse du dioxyde de carbone, a lieu dans les alvéoles des poumons. Lorsque nous sommes assis ou debout, grâce à la gravité, la plupart du sang se trouve dans la partie inférieure de nos poumons. La plupart des alvéoles sont également situées dans les parties inférieures. Si l’air inhalé se retrouve en bas dans nos poumons, il fournira un échange de gaz plus efficace. La grande quantité de sang et d’alvéoles facilite le transfert d’oxygène vers notre sang et le dioxyde de carbone est transféré de notre sang vers nos poumons pour l’expiration.

2. AUGMENTE LA CIRCULATION DE L’AIR DANS LES POUMONS ET LE NEZ

Une respiration superficielle où l’air inhalé se retrouve très haut dans la poitrine ne fournit pas seulement un échange de gaz inefficace. Cela a également comme conséquence que l’air plus bas dans les poumons devient confiné et putride, car il est piégé par manque de circulation.

Un flux d’air optimal dans les poumons est comme l’eau d’un ruisseau qui s’écoule. Lorsque l’air est emprisonné, ce qui se produit avec les voies respiratoires étroites, la respiration buccale et la respiration superficielle, c’est que l’air ressemble d’avantage à l’eau dans un étang, stagnant et rassis.

Lorsque la circulation de l’air s’altere dans le nez, les sinus et les poumons, un environnement propice pour que les virus et les bactéries se multiplient se crée. La respiration par résistance avec le Relaxator augmente la pression dans notre nez et nos sinus, ce qui conduit à une circulation d’air accrue.

3. RÉDUIT LE STRESS, CE QUI RENFORCE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

Pourquoi est-il si courant de tomber malade avant les week-ends ou les vacances ? Eh bien, nous relaxons et réduisons le stress interne, ce qui, à son tour, rend le système immunitaire plus actif.

Notre système immunitaire est presque aussi complexe que notre système nerveux, et sa tâche est de neutraliser les envahisseurs dans notre corps. Lorsque nous subissons du stress, notre système immunitaire est supprimé. C’est pourquoi des hormones de stress sont administrées aux personnes ayant subi une transplantation d’organe. Comme le nouvel organe est perçu comme un envahisseur, le rôle des hormones du stress est d’affaiblir le système immunitaire au point où il ne repousse pas l’organe.

Un exemple extrême peut être trouvé dans le livre Retrouver le sens de la vie par Viktor Frankl, qui a survécu trois ans dans des camps de concentration. Lorsqu’il a été déporté à Auschwitz, cela a commencé par un voyage en train de quatre jours dans un wagon étroit et un seul repas pendant le long voyage. À leur arrivée, 90% des nouveaux arrivants ont été envoyés directement à la chambre à gaz. Les 10% non sélectionnés pour la mort subissaient le stress intense d’être témoin de l’exécution de leurs camarades, hommes et femmes, vus dans des flammes de feu d’un mètre de haut jaillissant des cheminées. Ceux qui ont survécu devaient se déshabiller et se faire raser le corps entier tout en se tenant dehors à la fin de l’automne, froids, nus et humides après la douche. Il y avait la conscience lourde et sombre que la moindre infraction entraînerait une pendaison immédiate. Après avoir subi tout ce stress pendant la journée, leurs conditions de sommeil étaient extrêmement difficiles avec neuf personnes dans une couchette de 2 x 2,5 mètres. Malgré ces stress physiques et mentaux extrêmes, ils se réveillaient le lendemain sans même avoir eu froid.

Lorsque vous expirez par la résistance du Relaxator, l’expiration est prolongée, ce qui réduit le stress. L’expiration est liée à la relaxation et, en le prolongeant, la capacité de votre corps à se détendre augmente. Une expiration prolongée aura également un effet positif sur notre inspiration, car l’air atteint les parties inférieures de nos poumons.Un autre effet est que la respiration ralentit. Une respiration basse et lente est l’opposé de la respiration superficielle et rapide qui est fortement associée au stress.

4. STIMULE LE FLUX LYMPHIQUE – NOTRE SYSTÈME D’ÉGOUT

Le système lymphatique dépend du mouvement du diaphragme . Tous les organes de notre abdomen émettent des déchets et puisque notre système lymphatique est une partie importante de notre système immunitaire, il a pour tâche d’éliminer les déchets. Nous avons plus de liquide lymphatique que de sang dans notre corps, mais contrairement à notre sang, qui est pompé dans le corps par notre cœur, notre liquide lymphatique ne possède pas sa propre pompe, c’est pourquoi il dépend dans une large mesure de l’activité musculaire. Par conséquent, le mouvement de notre diaphragme est très important pour notre système lymphatique, d’autant plus qu’il ne se repose jamais et fonctionne 24/7.

Lorsque vous respirez rapidement et superficiellement, la pression dans le bas du thorax diminue, ce qui nuit à votre posture. Cela devient particulièrement évident en position assis, une position qu’un grand nombre d’entre-nous pratique beaucoup trop. Comme nous l’avons mentionné précédemment, la respiration thoracique entraîne une réduction de l’oxygénation du sang. Lorsque le mouvement de notre diaphragme est réduit, la capacité de notre système lymphatique à éliminer les produits résiduels de l’abdomen est également diminuée.


5. ÉQUILIBRE LE SYSTÈME NERVEUX, CE QUI OFFRE UNE MEILLEURE GESTION DE L’ ÉNERGIE

La partie du système nerveux qui contrôle les fonctions involontaires, comme les muscles des vaisseaux sanguins et des voies respiratoires, les battements cardiaques et la digestion, est appelée le système nerveux autonome. Il est divisé entre une partie sympathique activatrice et une partie parasympathique calmante.

La partie sympathique qui prépare le corps à une activité accrue est active pendant la réponse du combat-fuite. La partie parasympathique influence le repos, la récupération et les économies d’énergie.

Une forte activité sympathique revient à conduire sur l’autoroute à 130 km /h ; nous avons une vision de tunnel et, dans une large mesure, nous réagissons instinctivement à ce qui se passe. Nous nous retrouvons plus facilement dans les conflits et voyons le monde à travers des lunettesqui nous le font percevoir comme menaçant. Nous nous sentons inquiets et effrayés.

Si, dans notre vie quotidienne, nous opérons principalement par stimulation sympathique, cela signifie que nous dépensons plus d’énergie que nécessaire. Nous savons tous ce que c’est que d’être malade et impuissant. La raison en est que toute notre énergie est utilisée par le système immunitaire pour combattre les envahisseurs qui nous rendent malades. La rééducation respiratoire avec le Relaxator est un moyen efficace de déverrouiller le turbo afin que nous n’engagions pas notre système de stress plus que nécessaire. Ainsi, nous pouvons économiser de l’énergie afin que le système immunitaire puisse faire son travail.

4. Respirez à travers vos peurs

Quel est le prix pour retenir ses émotions ou s’attarder sur des vieux conflits ? De toute évidence, ce n’est pas gratuit.
– Que se passera-t-il si je tends la main pendant un moment ? – Rien.
– Exactement, mais que se passera-t-il si je tends la main pendant une heure ? – Tu vas te fatiguer.
– Oui, et que se passera-t-il si je tends la main pendant une journée ? – Vous serez super fatigué et aurez des crampes.
– Mmm, en toute certitude. Que se passera-t-il si au lieu d’une main vide je tends une haltère qui pèse 10 kg ? – Vous serez vraiment fatigué après un court moment !
– Exactement.

Voilà comment fonctionne votre corps. il dépanse beaucoup d’énergie lorsque vous vous accrochez à la colère, l’inquiétude, le chagrin, la peur, les traumatismes, etc. Plus ils sont puissants, plus ils consomment d’énergie.

Il y a un prix à payer pour essayer d’avoir une longueur d’avance afin d’éviter les personnes et les situations qui peuvent déclencher la peur, l’inquiétude, etc. Et toute la malbouffe, les cigarettes, l’alcool, les drogues et ainsi de suite que nous consommons pour assourdir ce qui fait peur à l’intérieur de nous a également une prix. La fuite d’énergie affaiblit notre système immunitaire, car c’est une grande dévoratrice d’énergie.

Lorsque nous avons peur et sommes inquiets, nous sommes également stressés, ce qui affaiblit encore plus notre système immunitaire. En savoir plus sur la façon dont vos peurs, ces voleurs d’énergie peuvent vous paralyser, dans l’article comment j’ai vaincu ma peur de parler en public.

RETENIR NOS ÉMOTIONS AFFAIBLI

Dans une étude intéressante, les participants ont été divisés en deux groupes, où un groupe a été chargé de retenir ses émotions tandis que l’autre groupe a été encouragé à rester en contact avec ses émotions. Ensuite, Ils ont regardé un film.

Après le film, on leur a demandé de presser une forte résistance avec les mains autant de fois qu’ils le pouvaient. Il s’est avéré que ceux qui retenaient leurs émotions étaient significativement plus faibles que ceux qui étaient restés en contact avec elles. En d’autres termes, nous perdons de l’énergie lorsque nous retenons ce que nous croyons, pensons et ressentons vraiment. (?)

Vous trouverez plus d’informations dans l’article – Respirez à travers vos peurs >>

EXERCICE PARTIE I: LISTEZ VOS PEURS

En laissant votre respiration vous aider, vous pouvez ressentir la sécurité nécessaire pour oser affronter vos peurs,chagrins et traumatismes au lieu de les fuir. Lorsque vous réduisez votre peur de dire «je suis désolé», de parler en public ou de défendre ce qui est important pour vous, vous grandissez également en tant qu’être humain.

Réservez 5 à 10 minutes et notez une liste des situations ou des personnes qui vous font ou qui ont fait peur, bouleversé, énervé, agacé ou stressé. Posez-vous des questions comme: “Qu’est-ce qui me fait le plus peur aujourd’hui ? Qu’est-ce qui m’a le plus effrayé quand j’étais petit ? Y a-t-il eu des abus physiques ou émotionnels dans le passé qui ont rendu mon enfance difficile ??”

N’ayez pas peur de remonter dans le temps et de creuser profondément, car nous, avons la capacité de réprimer ce qui nous est arrivé si nous le percevons comme difficile.

EXERCICE PARTIE II: RESPIRER PAR VOS PEURS

Cet exercice vous aidera à oser affronter vos peurs et à les faire diminuer ou cesser complètement. Il vous permettra également de vous sentir plus en sécurité et plus courageux lorsque vous vous trouverez en dehors de votre zone de confort.

En maintenant une respiration rythmée, lente et faible, vous obtenez le courage nécessaire pour oser rester dans vos peurs pendant une plus longue période.

  1. Réservez 5-10 minutes.
  2. Sélectionnez une ou plusieurs situations et/ou personnes dans la liste que vous avez écrite ci-dessus. Rendez-les aussi vivants que possible en imaginant de façon tangible, en ajoutant des couleurs, des sons, des personnes, des images animées . Sentez les endroits de votre corps où règnent tensions et malaises. Permettez à vos émotions de devenir de plus en plus claires.
  3. Remarquez comment vous respirez tout en éprouvant ces choses difficiles. Si votre respiration est stressée et tendue, c’est tout à fait naturel. Si vous avez du mal à entrer en contact avec vos peurs, vous pouvez être aidé par votre respiration en respirant rapidement et peu profondément en haut de votre poitrine, ou en retenant complètement votre respiration.
  4. Maintenant, faites votre respiration rythmée, basse et lente en prolongeant votre expiration. Votre ami, le souffle, est avec vous tout le temps et vous permet de vous sentir calme et en sécurité au milieu de toutes les choses difficiles. Il serait avantageux d’utiliser le Relaxator maintenant.

EXERCICE PARTIE III: RÉFLÉCHISSEZ À VOS PEURS

Terminez l’exercice en réfléchissant à vos peurs pendant 5 à 10 minutes. Cerchez à savoir d’où elles viennent. De quelle manière veulent-elles vous protéger ? Quels avantages offrent-elles ? Que pouvez-vous apprendre d’elles ? Quelles idées peuvent-elles vous donner ? Les craintes que vous ressentez ont un but. Cela peut être pour vous protéger, mais aussi pour vous aider à acquérir de nouvelles connaissances.

Peut-être que la réflexion soulèvera des questions comme: “Comment VRAIMENT je veux vivre ma vie ? De quoi mon corps a-t-il besoin pour guérir ? et quelles décisions dois-je prendre pour obtenir la paix intérieure?”

En commençant à démêler vos peurs, vous découvrirez peut-être ce qu’elles cachent. Vos réponses à ces questions peuvent être quelque chose comme: “Je dois divorcer .” “Je dois parler à mon père .” ou “Je dois recommencer à peindre.”

Téléchargez l’exercice au format pdf >>

5. Exercices pour créer des voies aériennes ouvertes et fonctionnant bien

Les six exercices ci-dessous visent à ouvrir vos voies respiratoires, à les faire fonctionner correctement et à renforcer et détendre vos muscles respiratoires. Choisissez quelques exercices qui vous plaisent et créez votre propre programme d’entraînement de 10 minutes. Vous pouvez faire vos exerci ces quotidiennement ou à des moments qui vous conviennent.

Ajoutez quelques respirations calmes entre les exercices et réfléchissez à ce que vous ressentez dans votre corps avant de passer à la prochaine pratique. Gardez le dos droit pendant les exercices, car cela facilite le travail du diaphragme et fait descendre la respiration. Respirez de manière détendue, en prenant des respirations lentes, basses, calmes et rythmées.

Le Relaxator vous aide à maintenir une bonne respiration pendant les exercices. Ils vous aideront à améliorer votre façon de respirer dans la vie quotidienne. Ainsi vous respirerez plus de 20-25 000 respirations quotidiennes conformément aux sept bonnes habitudes de la respiration consciente: nez, abdominale, lente, petite, en posture verticale , rythmée et calme. Si vous parvenez à maintenir une posture droite avec une respiration détendue au cours de ces exercices, il y a de fortes chances pour que vous puissiez le faire dans de nombreuses situations de votre vie quotidienne.

Scientifiques Les références

1) Étude: Preuve de la transmission du virus du syndrome respiratoire aigu sévère, par voie aérienne

TitreEvidence of airborne transmission of the severe acute respiratory syndrome virus. Link to full text
JournalN Engl J Med. 2004 Apr 22;350(17):1731-9
AuteurYu IT1, Li Y, Wong TW, Tam W, Chan AT, Lee JH, Leung DY, Ho T
RésuméBACKGROUND:There is uncertainty about the mode of transmission of the severe acute respiratory syndrome (SARS) virus. We analyzed the temporal and spatial distributions of cases in a large community outbreak of SARS in Hong Kong and examined the correlation of these data with the three-dimensional spread of a virus-laden aerosol plume that was modeled using studies of airflow dynamics.

METHODS:We determined the distribution of the initial 187 cases of SARS in the Amoy Gardens housing complex in 2003 according to the date of onset and location of residence. We then studied the association between the location (building, floor, and direction the apartment unit faced) and the probability of infection using logistic regression. The spread of the airborne, virus-laden aerosols generated by the index patient was modeled with the use of airflow-dynamics studies, including studies performed with the use of computational fluid-dynamics and multizone modeling.

RESULTS:The curves of the epidemic suggested a common source of the outbreak. All but 5 patients lived in seven buildings (A to G), and the index patient and more than half the other patients with SARS (99 patients) lived in building E. Residents of the floors at the middle and upper levels in building E were at a significantly higher risk than residents on lower floors; this finding is consistent with a rising plume of contaminated warm air in the air shaft generated from a middle-level apartment unit. The risks for the different units matched the virus concentrations predicted with the use of multizone modeling. The distribution of risk in buildings B, C, and D corresponded well with the three-dimensional spread of virus-laden aerosols predicted with the use of computational fluid-dynamics modeling.

CONCLUSIONS:Airborne spread of the virus appears to explain this large community outbreak of SARS, and future efforts at prevention and control must take into consideration the potential for airborne spread of this virus.

2) Étude: le nez froid crée un environnement favorable au rhinovirus

TitreTemperature-dependent innate defense against the common cold virus limits viral replication at warm temperature in mouse airway cells. Link to full text
JournalProceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), Jan-2015
AuteurIwasaki A et al
ImportanceRhinovirus is the most frequent cause of the common cold, as well as one of the most important causes of asthma exacerbations. Most rhinovirus strains replicate better at the cooler temperatures found in the nasal cavity than at lung temperature, but the underlying mechanisms are not known. Using a mouse-adapted virus, we found that airway epithelial cells supporting rhinovirus replication initiate a more robust antiviral defense response through RIG-I–like receptor (RLR)–dependent interferon secretion and enhanced interferon responsiveness at lung temperature vs. nasal cavity temperature.

Airway cells with genetic deficiencies in RLR or type I interferon receptor signaling supported much higher levels of viral replication at 37 °C. Thus, cooler temperatures can enable replication of the common cold virus, at least in part, by diminishing antiviral immune responses.
RésuméMost isolates of human rhinovirus, the common cold virus, replicate more robustly at the cool temperatures found in the nasal cavity (33-35 °C) than at core body temperature (37 °C). To gain insight into the mechanism of temperature-dependent growth, we compared the transcriptional response of primary mouse airway epithelial cells infected with rhinovirus at 33 °C vs. 37 °C.

Mouse airway cells infected with mouse-adapted rhinovirus 1B exhibited a striking enrichment in expression of antiviral defense response genes at 37 °C relative to 33 °C, which correlated with significantly higher expression levels of type I and type III IFN genes and IFN-stimulated genes (ISGs) at 37 °C. Temperature-dependent IFN induction in response to rhinovirus was dependent on the MAVS protein, a key signaling adaptor of the RIG-I-like receptors (RLRs). Stimulation of primary airway cells with the synthetic RLR ligand poly I:C led to greater IFN induction at 37 °C relative to 33 °C at early time points poststimulation and to a sustained increase in the induction of ISGs at 37 °C relative to 33 °C.

Recombinant type I IFN also stimulated more robust induction of ISGs at 37 °C than at 33 °C. Genetic deficiency of MAVS or the type I IFN receptor in infected airway cells permitted higher levels of viral replication, particularly at 37 °C, and partially rescued the temperature-dependent growth phenotype. These findings demonstrate that in mouse airway cells, rhinovirus replicates preferentially at nasal cavity temperature due, in part, to a less efficient antiviral defense response of infected cells at cool temperature.

3) Production élevée d’oxyde nitrique (NO) dans les sinus

TitreHigh nitric oxide production in human paranasal sinuses.
JournalNat Med. 1995 Apr;1(4):370-3.
AuteurLundberg JO, Farkas-Szallasi T, Weitzberg E, Rinder J, Lidholm J, Anggåard A, Hökfelt T, Lundberg JM, Alving K.
RésuméNitric oxide (NO) is present in air derived from the nasal airways. However, the precise origin and physiological role of airway-derived NO are unknown. We report that NO in humans is produced by epithelial cells in the paranasal sinuses and is present in sinus air in very high concentrations, close to the highest permissible atmospheric pollution levels.

In immunohistochemical and mRNA in situ hybridization studies we show that an NO synthase most closely resembling the inducible isoform is constitutively expressed apically in sinus epithelium. In contrast, only weak NO synthase activity was found in the epithelium of the nasal cavity. Our findings, together with the well-known bacteriostatic effects of NO, suggest a role for NO in the maintenance of sterility in the human paranasal sinuses.

4) Le NO empèche la prolifération du virus SARS

TitreNitric Oxide Inhibits the Replication Cycle of Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus Link to full text
JournalJ Virol. 2005 Feb; 79(3): 1966–1969
AuteurSara Åkerström, Mehrdad Mousavi-Jazi, Jonas Klingström, Mikael Leijon, Åke Lundkvist, and Ali Mirazimi1
RésuméNitric oxide (NO) is an important signaling molecule between cells which has been shown to have an inhibitory effect on some virus infections. The purpose of this study was to examine whether NO inhibits the replication cycle of the severe acute respiratory syndrome coronavirus (SARS CoV) in vitro.

We found that an organic NO donor, S-nitroso-N-acetylpenicillamine, significantly inhibited the replication cycle of SARS CoV in a concentration-dependent manner. We also show here that NO inhibits viral protein and RNA synthesis.

Furthermore, we demonstrate that NO generated by inducible nitric oxide synthase, an enzyme that produces NO, inhibits the SARS CoV replication cycle.

5) Étude: le dioxyde de carbone diminue le taux de croissance bactérienne

TitreCarbon dioxide inhibits the growth rate of Staphylococcus aureus at body temperature Link to full text
JournalSurgical Endoscopy And Other Interventional Techniques volume 19, pages 91–94(2005)
AuteurM. Persson, P. Svenarud, J.-I. Flock & J. van der Linden
RésuméBACKGROUND:Since the 1930s, carbon dioxide (CO(2)) has been combined with cold storage for the preservation of food. However, its use for the prevention of surgical wound infection was long considered to be impractical. Now CO(2) is widely used during laparoscopic procedures, and a method has been developed to create a CO(2) atmosphere in an open wound. The aim of this study was to investigate the effect of CO(2) on the growth of Staphylococcus aureus at body temperature.

METHODS:First, S. aureus inoculated on blood agar were exposed to pure CO(2) (100%), standard anaerobic gas (5% CO(2), 10% hydrogen, 85% nitrogen), or air at 37 degrees C for a period of 24 h; then a viable count of the bacteria was made. Second, S. aureus inoculated in brain-heart infusion broth and kept at 37 degrees C were exposed to CO(2) or air for 0, 2, 4, 6, and 8 h; then the optical density of the bacteria was measured.

RESULTS:After 24 h, the number of S. aureus on blood agar was about 100 times lower in CO(2) than in anaerobic gas (p = 0.001) and about 1,000 times lower than in air (p = 0.001). Also, in broth, there were fewer bacteria with CO(2) than with air (p < 0.01). After 2 h, the number of bacteria was increased with air (p < 0.001) but not with CO(2) (p = 0.13). After 8 h, the optical density had increased from zero to 1.2 with air but it had increased only to 0.01 with CO(2) (p = 0.001).

CONCLUSION:Pure CO(2) significantly decreased the growth rate of S. aureus at body temperature. The inhibitory effect of CO(2) increased exponentially with time. Its bacteriostatic effect may help to explain the low infection rates in patients who undergo laparoscopic procedures.

6) Etude: Des virus et des bactéries qui se désactivent dans d l’eau en solution de co2

TitreVirus and bacteria inactivation by CO2 bubbles in solution Link to full text
JournalNature partner journals: Clean Water volume 2, Article number: 5 (2019)
AuteurAdrian Garrido Sanchis, Richard Pashley & Barry Ninham
RésuméThe availability of clean water is a major problem facing the world. In particular, the cost and destruction caused by viruses in water remains an unresolved challenge and poses a major limitation on the use of recycled water. Here, we develop an environmentally friendly technology for sterilising water. The technology bubbles heated un-pressurised carbon dioxide or exhaust gases through wastewater in a bubble column, effectively destroying both bacteria and viruses. The process is extremely cost effective, with no concerning by-products, and has already been successfully scaled-up industrially.

7) Étude: l’injection de dioxyde de carbone dans un plaie ouverte dévie les particules en suspension dans l’air

TitreCarbon dioxide insufflation deflects airborne particles from an open surgical wound model Link to full text
JournalJournal of Hospital Infection Volume 95, Issue 1, January 2017, Pages 112-117
AuteurP.Kokhanenkoa, G.Papottia, J.E.Caterb, A.C.Lynchc, J.A.van der Lindend, C.J.T.Spencea
RésuméBackground:Surgical site infections remain a significant burden on healthcare systems and may benefit from new countermeasures.

Aim:To assess the merits of open surgical wound CO2 insufflation via a gas diffuser to reduce airborne contamination, and to determine the distribution of CO2 in and over a wound.

Methods:An experimental approach with engineers and clinical researchers was employed to measure the gas flow pattern and motion of airborne particles in a model of an open surgical wound in a simulated theatre setting. Laser-illuminated flow visualizations were performed and the degree of protection was quantified by collecting and characterizing particles deposited in and outside the wound cavity.

Findings:The average number of particles entering the wound with a diameter of <5 mm was reduced 1000-fold with 10 L/min CO2 insufflation. Larger and heavier particles had a greater penetration potential and were reduced by a factor of 20. The degree of protection was found to be unaffected by exaggerated movements of hands in and out of the wound cavity. The steady-state CO2 concentration within the majority of the wound cavity was >95% and diminished rapidly above the wound to an atmospheric level (w0%) at a height of 25 mm.

Conclusion: Airborne particles were deflected from entering the wound by the CO2 in the cavity akin to a protective barrier. Insufflation of CO2 may be an effective means of reducing intraoperative infection rates in open surgeries.

8) Étude:La dimension de la cavité nasale diminue lorsqu’elle n’est pas utilisée

TitreInfluence of long-term airflow deprivation on the dimensions of the nasal cavity: a study of laryngectomy patients using acoustic rhinometry
JournalEar Nose Throat J. 2007 Aug;86(8):488, 490-2
AuteurOzgursoy OB1, Dursun G
RésuméWe conducted a prospective study to investigate the long-term effect of nasal airflow deprivation on nasal dimensions after total laryngectomy. We evaluated 48 patients who had an initial diagnosis of laryngeal cancer; 6 were disqualified during follow-up, leaving us with data on 42 patients for our final analysis. Acoustic rhinometry was used to measure the minimum cross-sectional area (MCSA) and the volume of the nasal cavity on both the left and right sides before and after laryngectomy. In addition, patients underwent endoscopic nasal examinations and answered questionnaires pre- and postoperatively.

At both the 1- and 2-year follow-ups, the mean MCSAs and the mean nasal volumes of both the left and right nostrils were significantly smaller than the preoperative values (p < 0.001). The endoscopic examinations revealed only a mild deterioration in the appearance of the nasal mucosa over the long term. Questionnaire responses obtained at the 2-year follow-up visit revealed that all 42 evaluable patients were experiencing a moderate degree of nasal obstruction while inhaling through the nose. Our data indicate that the dimensions of the nasal cavity appear to be substantially and permanently reduced after total laryngectomy.

Our study had two important advantages over other similar studies. First, because ours was a prospective study, we were able to obtain preoperative data and use it to make postoperative comparisons of the same patients rather than using healthy controls as comparators. Second, we used acoustic rhinometry, while most other studies relied on anterior rhinoscopy or rhinomanometry, which are inferior methods ofmaking the evaluations in question. We believe that our findings represent a substantial contribution to our knowledge of the physiologic and functional alterations of the nasal cavity that occur as a result of a complete cessation of nasal airflow.

9) Étude: fredonnement et production d’oxyde nitrique (NO) et flux d’air dans les sinus

TitreHumming, nitric oxide and paranasal sinus ventilation. Link to full text
JournalKarolinska University Press 2006
AuteurMauro Maniscalco
AbstractRésumé paranasal sinuses are air-filled bony cavities surrounding the nose. They communicate with the nose via the sinus ostia through which fluid and gases pass in both directions. A proper ventilation is crucial for sinus integrity and blockage of the ostia is a major risk factor for development of sinusitis.

In this thesis we have explored an entirely new approach to monitor sinus ventilation – the nasal humming test. We show in human studies in vivo and in a sinus/nasal model that the oscillating airflow generated during humming produce a dramatic increase in sinus ventilation.

Interestingly, the increased gas exchange can be readily monitored on-line by simultaneously measuring the levels of the gas nitric oxide (NO) in nasally exhaled air. The sinuses constitute a major natural reservoir of NO and when gas-exchange increases during humming NO escapes rapidly into the nasal cavity thereby creating a highly reproducible peak in exhaled NO.

When exploring the different factors that determine the humming peak in NO we found that sinus ostium size was the most important but the humming frequency also influenced the sinus NO release. In patients with severe nasal polyposis and completely blocked sinus ostia the humming peak in NO was abolished. Moreover, in patients allergic rhinitis, absence of a NO peak was associated with endoscopic signs suggestive of ostial obstruction. In the last study we went on to study if an oscillating airflow could be used not only to wash gas out from sinuses but also to enhance passage of substances into the sinuses. Indeed, we found evidence of an intra-sinus drug deposition by adding a sounding airflow to an aerosol.

In conclusion, the ventilation of the paranasal sinuses increased greatly when a person is humming; a finding that could have both diagnostic and therapeutic implications. Measurements of nasal NO during humming may represent a test of sinus ostial function. In addition, aerosol in combination with a sounding airflow could possibly be useful to increase the delivery of drugs into the paranasal sinuses.

10) Étude: Le flux d’oxyde nitrique (NO) au cours de la respiration nasale pendant le fredonnement

TitreExhaled nasal nitric oxide during humming: potential clinical tool in sinonasal disease?
JournalBiomark Med. 2013 Apr;7(2):261-6. doi: 10.2217/bmm.13.11.
AuteurManiscalco M1, Pelaia G, Sofia M.
RésuméThe use of nasal nitric oxide (nNO) in sinonasal disease has recently been advocated as a potential tool to explore upper inflammatory airway disease. However, it is currently hampered by some factors including the wide range of measurement methods, the presence of various confounding factors and the heterogeneity of the study population. The contribution of nasal airway and paranasal sinuses communicating with the nose through the ostia represents the main confounding factor.

There is accumulating evidence that nasal humming (which is the production of a tone without opening the lips or forming words) during nNO measurement increases nNO levels due to a rapid gas exchange in the paranasal sinuses. The aim of this review is to discuss the basic concepts and clinical applications of nNO assessment during humming, which represents a simple and noninvasive method to approach sinonasal disease.

11) Étude: l’effet du fredonnement quotidien sur la sinusite chronique

TitreStrong humming for one hour daily to terminate chronic rhinosinusitis in four days: A case report and hypothesis for action by stimulation of endogenous nasal nitric oxide production. Link to full text
JournalIn Medical Hypotheses 2006 66(4):851-854
AuteurEby, George A.
RésuméRhinosinusitis is an inflammation or infection of the nose and air pockets (sinuses) above, below and between the eyes which connect with the back of the nose through tiny openings (ostia). Rhinosinusitis can be caused by bacteria, viruses, fungi (molds) and possibly by allergies. Chronic rhinosinusitis (CRS) is an immune disorder caused by fungi. The immune response produced by eosinophils causes the fungi to be attacked, which leads to damage of the sinus membranes, resulting in full-blown rhinosinusitis symptoms. Gaseous nitric oxide (NO) is naturally released in the human respiratory tract. The major part of NO found in exhaled air originates in the nasal airways, although significant production of NO also takes place in the paranasal sinuses.

Proper ventilation is essential for maintenance of sinus integrity, and blockage of the ostium is a central event in pathogenesis of sinusitis. Concentrations of NO in the healthy sinuses are high. Nasal NO is known to be increased 15- to 20-fold by humming compared with quiet exhalation. NO is known to be broadly antifungal, antiviral and antibacterial. This case report shows that a subject hummed strongly at a low pitch (~130 Hz) for 1 h (18 hums per minute) at bedtime the first night, and hummed 60—120 times 4 times a day for the following 4 days as treatment for severe CRS.

The humming technique was described as being one that maximally increased intranasal vibrations, but less than that required to produce dizziness. The morning after the first 1-h humming session, the subject awoke with a clear nose and found himself breathing easily through his nose for the first time in over 1 month. During the following 4 days, CRS symptoms slightly reoccurred, but with much less intensity each day. By humming 60—120 times four times per day (with a session at bedtime), CRS symptoms were essentially eliminated in 4 days.

Coincidentally, the subject’s cardiac arrhythmias (PACs) were greatly lessened. It is hypothesized that strong, prolonged humming increased endogenous nasal NO production, thus eliminating CRS by antifungal means.

Articles

Join 30,000 others and receive two free chapters of the book Conscious Breathing

Testimonials

DO YOU LIKE THE ARTICLE?

If so then you will probably like our newsletter BreathingNEWS. It contains a lot of tips
and inspiration to help you get more energy, reduce stress, improve sleep and more.​

BreathingNEWS is free and published four to six times per year.

Read More

Share this post
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

About the author

Anders Olsson is a lecturer, teacher and founder of the Conscious Breathing concept and the author of Conscious Breathing. After living most of his life with a ”hurricane of thoughts” bouncing back and forth in is head, Anders was fortunate enough to come across tools that have helped him relax and find his inner calm. The most powerful of these tools has undoubtedly been to improve his breathing habits, which made Anders decide to become the worlds most prominent expert in breathing. This is now more than 10 years ago and since then he has helped tens of thousands of people to a better health and improved quality of life.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Almost Complete...

Enter your email address below to receive your

FREE CHAPTERS

Join 30,000+ others and receive two free chapters of Conscious Breathing